Accueil 02

Hervé Durand (à gauche), fondateur de l'entreprise éponyme de plomberie, chauffage et électricité, a transmis son entreprise sous forme de Scop à ses salariés. Richard Ménoret (à droite) en est le nouveau dirigeant.

«Je suis heureux de ce qui arrive», sourit Hervé Durand, fondateur de la société éponyme à Champtoceau en 1979. 
Depuis 2013, le dirigeant de cette entreprise de plomberie, chauffage, électricité et maintenance, qui emploie 38 personnes pour un chiffre d’affaires supérieur à 4 M€, réfléchissait à sa succession afin d’anticiper son départ en retraite. Dans un premier temps, il propose une transmission à Richard Ménoret, responsable de l’activité électricité et entré en alternance dans l’entreprise il y a 25 ans. «Je ne me sentais pas les épaules d’être tout seul à diriger, avoue ce dernier, et d’un point de vue financier ce n’était pas possible.» Le dirigeant reçoit quelques offres. Qu’il décline.

«Tout le monde a accepté»

«Avec Richard, nous avons eu conjointement l’idée de partir sous la forme coopérative. On avait de beaux exemples autour de nous et cela correspondait à nos valeurs» (NDLR Champtoceau accueille notamment un site Bouyer Leroux, une des plus grosses Scop de l’ouest avec 900 collaborateurs). Les deux hommes se rapprochent de l’Union régionale des Scop (URSCOP) pour être accompagnés. En mai 2014, le projet est présenté aux salariés qui ont deux semaines pour réfléchir. «Tout le monde a accepté. Ma plus grande surprise a été de voir des jeunes de 20 ans qui ont voulu rentrer dans l’actionnariat», reconnaît Hervé Durand. Ainsi, le 4 décembre 2015 la société est transmise à 31 salariés, 2 autres viennent de les rejoindre courant septembre. «Il faut un an d’ancienneté dans l’entreprise pour devenir associé, précise Richard Ménoret, le nouveau dirigeant (qui est entouré de 8 personnes au conseil d’administration). Nous avons embauché 2 personnes au moment de la reprise et nous avons 3 apprentis depuis septembre.» Hervé Durand a, lui, quitté officiellement l’entreprise, fin juin. Heureux. «Les emplois sont conservés et les gens sont motivés. Je ne sais pas si avec un nouveau patron, ils auraient eu la même attitude..»

«Une autre image»

Concrètement, chaque associé a un apport de départ au capital (NDLR La région a apporté une aide sous forme d’apport au capital au nom de chaque salarié) et réinjecte chaque année une part de sa participation, en cas de bénéfices. Ce qui est le cas chez Hervé Durand. «On n’a pas repris l’entreprise sous statut coopératif pour la sauver, s’amuse Richard Ménoret qui souligne la croissance régulière de la PME depuis sa création. Mais, on se donne une autre image. Beaucoup de nos clients ont été surpris, mais dans le bon sens. En terme d’activité, nous sommes dans la continuité avec un chiffre d’affaires réalisé à 60% sur la plomberie et le chauffage, 30% sur l’électricité, 10% pour la partie maintenance et un rayonnement sur l’Anjou et l’agglo nantaise. Aujourd’hui, notre objectif est de stabiliser notre chiffre d’affaires autour de 4,5 M€.»


Bloc contact

ecran 16 9 250x141

Présentation vidéo

Nos certifications

jm ecoartisan 150-jm KNX 150-jm qualieau 150-jm qualielec 150-jm qualigaz 150-jm qualipac 150-jm qualipv 150-jm qualisol 150-jm qualibois 150-